51a084621899bc316e6b5584fdeb51c0

Il y a peu et après des mois d'attente, nous avons enfin emménagé dans un foyer qui n'appartient qu'à nous. Pourtant, tant de familles en avaient arpenté les pièces, foulé les sols, fait résonner les murs, que je n'avais pas tout à fait l'impression que la maison ne leur appartenait plus. Pour abolir les liens qui existaient encore entre tous ces anciens propriétaires et notre foyer, j'ai voulu dissiper les énergies qui subsistaient encore ici et nettoyer de fond en comble la maison ; je voulais que tous les échos latents de disputes s'éteignent, que les présences résiduelles des souvenirs s'estompent.

J'ai attendu d'être certaine de pouvoir être seule en matinée, et j'y ai procédé hier matin. En diffusant dans toute la maison une musique apaisante scandée par le son cristallin d'un bol tibétain, j'ai parcouru chaque pièce munie d'une coupe bien garnie de gros sel ; au centre de celle-ci, mon brûle-encens consumait sur charbon ardent la résine de benjoin que j'ai abondamment sollicitée.

Le benjoin purifie. J'en ai enfumé toutes les pièces, ouvert toutes les portes et fenêtres en grand et déclamé haut et fort dans chaque pièce et recoin : 

"Par cet encens je purifie l'espace,
Je dissous le passé au nom de la Déesse.
Que les conflits, que les cauchemars s'effacent.
Que les souvenirs disparaissent."

Puis nous étions chez nous.